Rubriques

Ludmilla

Ludmilla
Rencontres avec Ludmilla

Diaporama

Damascene
Présentation de l'Atelier

L'Exposition

Expo

Un moment de la vie de l'atelier

Atelier

Recherche

Connexion

Administration du site

Les feux de la Miséricorde

Article publié le lundi 14 novembre 2016 par Jean-Baptiste

L’année de la Miséricorde, inspirée d’un approfondissement spirituelle et proposée par l’église catholique romaine, touche à sa fin.
Nous avons été heureux de participer à ce mouvement de prière et de projets, bien que l’on s’aperçoive que la Miséricorde n’est pas un acte unique et qu’il devrait permettre à nos églises séparées de faire vraiment acte de miséricorde et de se rapprocher l’une de l’autre.
La séparation des chrétiens pose la question suivante : la Miséricorde est elle vraiment pratiquée dans l’église ? comment témoigner de l’unité de l’église dans la division ?
La séparation est grande. Un acte de miséricorde ne consisterait-il pas à oser se remettre en question : en sommes nous capable ?

Nous avons eu la joie de réaliser différentes icônes inspirées de l’icône commandées par la communauté de Taizé et intitulée ’icône de la Miséricorde" bien avant la déclaration de l’année de la Miséricorde dans l’église catholique.


Icône de la Miséricorde commandée pour la communauté de Taizé début 2015

L’une d’entre elle a été commandée par la communauté protestante de la Résurrection à Freibourg en Allemagne.
Nous avions parlé d’une icône réalisée d’après la technique de la fresque pour diminuer le budget. Lorsqu’elle a été terminée, il s’est avéré que la taille était trop importante (car le projet de la paroisse était de déplacer l’icône pour les groupes de prières) .Nous en avons donc réalisé une plus petite.
Lorsque le docteur Steffer et son épouse sont venus chercher l’icône dans le Vercors, ils ont été touché par les deux icônes. En fait, Mme Steffer est catholique et a été plus sensible à l’icône de grand format travaillée avec plus de matière tandis que Mr Steffer, protestant a été lui plus sensibilisé par la composition plus "immatérielle".
Finalement, l’une et l’autre de ces icônes ont correspondu aux sensibilités différentes de ce couple. Ils sont ainsi repartis avec les deux icônes, l’une pour la paroisse catholique et l’autre pour la paroisse protestante.


Première icône/fresque de grand format pour la communauté catholique


Petite icône fresque/miniature pour la communauté protestante

C’était un clin d’oeil du Seigneur pour marquer l’année de la Miséricorde possible seulement si l’on prend en compte les autres communautés et surtout celle protestante qui va célébrer les 500 ans de la mort de Luther.
Le mariage mixte (ce couple s’est rencontré à Taizé) est peut-être l’un des terrains possible de la construction de l’unité (ou au moins de la prise de conscience du fossé de la séparation)


Fresques de la Miséricorde peinte à Alexandrie (Egypte) en 2015 pour la première église consacrée à la Miséricorde


Icône de la Miséricorde peinte en 2016 pour la communauté catholique de Morat (province de Fribourg) en Suisse

Forum de l'article

  • Les feux de la Miséricorde
    21 novembre 2016, par maignan

    La fresque peinte en Egypte me semble plus lisible que les différentes icônes sur la Miséricorde présentées.
    Christ demande aux croyants le pardon, mais tout autant la proclamation de la vérité : je suis venu apporter le feu sur la terre ...ou encore séparer les frères et sœurs, ... brûler l’ivraie pour renouveler, pour faire naître.. Pardonner, c’est développer assez d’amour, assez vivre avec son Seigneur, pour savoir proclamer la vérité en douceur, ouvrir l’avenir. Sans l’aide de Dieu, mais aussi sans proclamer vérité, pas de pardon. Sans vérité entre deux Églises, pas de pardon et de paix, pas de renouveau pour l’avenir.
    Une nouvelle icône sur les FEUX de la Miséricorde est à inventer.

Un message, un commentaire ?
 


Plan du site | | Contact | RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP

@ 2006-2017 Atelier St Jean Damascène - Tout droits réservés