Rubriques

Ludmilla

Ludmilla
Rencontres avec Ludmilla

Diaporama

Damascene
Présentation de l'Atelier

L'Exposition

Expo

Un moment de la vie de l'atelier

Atelier

Recherche

Connexion

Administration du site

Des ténèbres à la Lumière

Article publié le jeudi 8 septembre 2016 par Jean-Baptiste

L’icône est réalisée d’après une technique faîte pour durer des siècles et traverser les aléas du temps.
L’iconographe doit maîtriser toutes les étapes de conception de la réalisation de l’icône (de la coupe du bois à l’application des vernis).
Nous vivons une époque de vulgarisation de l’art où l’illusion est faite à chacun qu’il peut, en investissant dans un livre d’apprentissage, connaitre un métier.
Cela est une insulte faîte à des milliers d’artisans qui ont passé des années à se former.

Aussi, quand il s’agit de restaurer des œuvres d’art, il faut avant tout savoir les peindre.
C’est pourquoi il est invraisemblable de demander à des restaurateurs d’art qui se savent pas peindre des icônes dans les règles de l’art, de restaurer une icône (la récente restauration des mosaïques de la basilique de la Nativité à Béthleem en est un malheureux exemple)

Cela doit être réalisé par un iconographe qui ne s’attachera pas simplement à l’aspect technique mais aussi et surtout à son aspect théologique, liturgique et spirituel.

Voici ce dessous quelques exemples d’icônes que notre atelier a dernièrement restauré.


Vierge de Kazan XVIIIe s (détail) (école russe)


Vierge de Kazan restaurée


Vierge et l’Enfant XIXe s (école libanaise)


Détail


Icône restaurée après fixage totale de la peinture décollée sur le bois


Icône de St jean l’évangéliste XIXe s (école crétoise)


Détail


Détail : icône contaminée par les insectes


décrassage de l’icône


Reprise des fonds piqués et brûlés


Finitions

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Un message, un commentaire ?
 


Plan du site | | Contact | RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP

@ 2006-2017 Atelier St Jean Damascène - Tout droits réservés