Rubriques

Ludmilla

Ludmilla
Rencontres avec Ludmilla

Diaporama

Damascene
Présentation de l'Atelier

L'Exposition

Expo

Un moment de la vie de l'atelier

Atelier

Recherche

Connexion

Administration du site

Nous y étions !

Article publié le vendredi 22 avril 2016 par Jean-Baptiste


la cathédrale de Monréal

Certains pensent que le Paradis n’existe pas ou bien qu’il se situe dans un univers parallèle : nous y étions !
L’effort de l’architecture chrétienne qui a héritée de la culture greco-romano-egypto-byzantine est de représenter sur terre la réalité concrète de la Beauté paradisiaque.
Il n’y a pas de malentendu : nous pouvons déjà anticiper la réalité paradisiaque et le prouver par les gestes et la parole.
Il est quelque peu hypocrite de repousser cette réalité dans un monde duquel l’incarnation ne serait pas présente.
Pourtant, l’incarnation ne peut porter en elle cette réalité si elle n’est pas reliée au principe même qui la dépasse, c’est-à-dire la divinité. Ce n’est que de cette manière que l’incarnation peut être porteuse de vérité, sinon elle n’est que perversion, illusion et mensonge. La morale religieuse a beaucoup abusé de cette hypocrisie en faisant croire aux âmes que si elles souffraient bien sur cette terre elle iraient au Paradis.
La joie est le moteur de l’ascèse et de l’abstinence !
En dehors d’elle, la morale n’est que baliverne diabolique.


l’église de la Martorana

Nous avons eu la chance de vivre cette expérience de la Résurrection de la chair en contemplant la puissance de la divinité qui se dégage de ces corps tranfigurés.
Non, vraiment, le retour actuel et l’engouement à l’iconographie n’est pas un effet de mode mais un profond désir de retrouver en image le témoignage vivant du contenu même de l’évangile qui ne se termine pas dans le tombeau.
Nous voyions en image ce à quoi nous croyions : la résurrection de la chair. Comme Thomas, nous mettons le doigt à l’intérieur de cette réalité !
Combien il est réconfortant de contempler ces églises catholiques qui à un moment de l’histoire était tout à fait orthodoxes (et non seulement byzantines comme nous avons tendance à vouloir le traduire).
L’orthodoxie de l’église catholique lui confère son universalité !
La catholicité de l’église orthodoxe lui confère sa véracité !
Ni l’une ni l’autre ne peuvent être véritablement "orthodoxe" ou "catholique" si elle sont divisées.
Comment pouvons nous parler d’évangélisation lorsque nous même nous portons un contre témoignage à l’évangile ?
L’unité des chrétiens n’est pas optionnelle ou question de débats théologiques oecuméniques : elle est la garantie de la vérité de notre confession de foi.


Notre groupe hétéro catholico-orthodoxe

PS/ Nous prévoyions plusieurs voyages adaptés au profil de différents groupes pour l’année à venir

Forum de l'article

  • Nous y étions !
    30 avril 2016, par marie-reine hugot

    Physiquement présente et immergée dans le Paradis contemplé depuis 40 ans dans des livres, je suis encore là-bas, ou plutôt, j’ai rapporté un bout du Royaume dans mon cœur. On ne revient pas intact d’un tel choc. Emue de revoir le groupe au complet à Cefalu avec le guide Mario ! Merci à ceux qui ont permis ce magnifique cadeau, chacun à sa façon : J.Baptiste, mon père, mon mari et mon fils.
    Quelle joie de savoir qu’on pourra y retourner ...

Un message, un commentaire ?
 


Plan du site | | Contact | RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP

@ 2006-2017 Atelier St Jean Damascène - Tout droits réservés