Rubriques

Ludmilla

Ludmilla
Rencontres avec Ludmilla

Diaporama

Damascene
Présentation de l'Atelier

L'Exposition

Expo

Un moment de la vie de l'atelier

Atelier

Recherche

Connexion

Administration du site

"...et Dieu créa l’Homme"

Article publié le mardi 26 janvier 2016 par Jean-Baptiste

Il n’a pas suffit repousser les limites de la difficulté technique, il a également fallu réveiller l’esprit de l’art sacré. La plupart des représentations chrétiennes contemporaines de ce pays sont héritières d’un mélange d’occidentalisme saint sulpicien (catholiques) ou d’un néo-byzantinisme moderno-copte (orthodoxes).
Le témoignage de cette oeuvre devait résider sur l’universalisme de la foi (ni catholique ni orthodoxe/ ou /et catholique et orthodoxe) et ne pas tomber dans la parodie.
La technique puriste de la fresque exigeait :
- l’esprit de vérité (pas de malentendu technique : huile, acrylique etc..) mais la véracité de la relation interne de la peinture et du support : une cohésion minérale (deux corps qui n’en font qu’un... )
- le témoignage de la vérité du geste : impossibilité de refaire un trait correcteur
- la rapidité du mouvement : le geste exprime l’émotion spirituelle du cœur, pas d’intermédiaire entre la prière du cœur et l’action de la main.
- la représentation d’un corps céleste qui respecte l’inaccessibilité du divin
- le lien avec un art local pratiqué avec majesté 2000 ans en arrière et aujourd’hui oublié.
- l’esprit de pauvreté qui correspond à la situation des communautés chrétiennes en Orient (parallèle avec l’époque des catacombes),
- une composition qui laisse au "fond" plus de place qu’à la "forme" : le Verbe de vie ressuscité (7 m de haut), détaché de sa croix glorieuse, accueillant tout un chacun dans un geste d’oraison, dans une mandorle rouge du feu de la révélation du SinaÏ, du passage de la mer rouge, du char d’Elie, de la Transfiguration, de l’Ascension. La présence de Marie qui porte les douleurs de la souffrance que l’humanité inflige à l’identité divine de l’homme, de Joseph porteur du message historique de l’Incarnation du Verbe, des anges qui célèbrent l’eucharistie intemporelle et immuable du sens même de l’existence, un ange levant le yeux au Ciel et recevant le pain de vie et l’autre contemplant le Christ en portant son sang (touts deux symbolisant les deux natures du Christ Homme et Dieu)

Forum de l'article

  • "...et Dieu créa l’Homme"
    26 janvier 2016, par Florence

    superbe
    merci Jean Baptiste de nous faire partager cette expérience si particulière et si forte.


  • "...et Dieu créa l’Homme"
    27 janvier 2016, par Marie Thérèse Termeulen

    Seigneur, quelle beauté !
    Merci Cher Jean-Baptiste.

    Ma prière vous accompagne en ce début d’année , toi et tous les chers tiens, notre Cher Père Nicolas, Marie-No et ses enfants .
    Mes pensées vont aux élèves de l’Atelier.

    Je voudrais vous demander une aide dans la prière pour ma bien aimée jumelle Gisèle.
    Elle sera opérée le 1er mars d’un cancer du sein.

    Je vous embrasse très fort.
    Marie-T


  • "...et Dieu créa l’Homme"
    30 janvier 2016, par M.Estelle

    Quelle merveille ! Encore une fois, nous pouvons "voir" de nos yeux voir ! combien le combat mené dans la foi est source de vérité et œuvre de la Puissance de Dieu ! Et elle est vraiment à l’œuvre ! Merci pour ce partage...


  • "...et Dieu créa l’Homme"
    30 janvier 2016, par Jocelyne rondevair

    J’ai ressenti très fort au fond de moi, comme un sentiment de persécution , mais plus encore le témoignage de foi, et cette présence du Christ vivant ressuscité ! Vraiment et sans en ajouter, c’est une fresque de proclamation de foi et de victoire !! merci pour tout "l’enseignement " qui l’accompagne !! Le seigneur se réjouis de son serviteur !!! L’esprit de l’art sacré, dans l’esprit de vérité est peut-être à reprendre lors de sessions ??.

Un message, un commentaire ?
 


Plan du site | | Contact | RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP

@ 2006-2017 Atelier St Jean Damascène - Tout droits réservés