Rubriques

Ludmilla

Ludmilla
Rencontres avec Ludmilla

Diaporama

Damascene
Présentation de l'Atelier

L'Exposition

Expo

Un moment de la vie de l'atelier

Atelier

Recherche

Connexion

Administration du site

L’impérialisme orthodoxe

Article publié le mardi 10 mai 2022 par Jean-Baptiste

Nous sommes fiers d’être orthodoxes et nous avons raison car nous sommes les héritiers de la Gloire liturgique byzantine. La Russie a choisi son baptême grâce à cet éblouissement rituel dont elle s’est éprise.
Nous ne devons cependant pas oublier que notre royaume n’est pas de ce monde. Chaque fois que nous glorifions Dieu par la vie liturgique nous Le faisons intervenir dans le monde pour qu’Il convertisse le monde. Cette glorification ne nous appartient pas, nous en sommes simplement les vecteurs. Nous nous efforçons de sacraliser le monde afin que le mur de séparation placé entre la créature et le Créateur disparaisse. Cet effort est celui de tout acte liturgique orthodoxe. Aucune autre forme d’empire, de nation ou de culture ne peut prendre l’ascendant sur cette dynamique de transformation spirituelle. Les formes de délimitations géographiques terrestres ne sont que des conséquences de la chute et de la division des peuples. Elles ne doivent pas délimiter le Corps illimité et infini de l’Eglise. Il n’existe en ce sens à proprement parlé aucune église grecque, ou russe ou roumaine ou occidentale. Il existe un Corps indivisible de l’Eglise du Christ dont Il est la tête et nous tous pauvres créatures nous nous efforçons d’activer la vie divine par la participation sacramentelle à ce Corps partout où nous nous trouvons. Mais nous ne pouvons couper le Corps du Christ en « tranches nationales ».
Par exemple, il est faux de dire que le patriarche de Moscou est le chef de l’église orthodoxe russe. Il est l’évêque principal de ce territoire au milieu des autres évêques, figure du Christ au milieu de ses apôtres comme l’est chaque évêque au milieu de ses prêtres ou chaque prêtre au milieu des fidèles. L’autorité est celle de l’Esprit Saint dans l’Unité du Corps du Christ unique Chef de l’Eglise.
L’autorité découle du fruit de l’action de l’Esprit Saint issue des assemblées conciliaires.
Les maladies et infections territoriales et autres de l’Eglise ne peuvent être soignées que par l’action conciliaire de l’Esprit Saint.
Depuis la dramatique fracture avec le siège apostolique romain il convient au Patriarcat Œcuménique de Constantinople de convoquer les conciles mais il convient uniquement à l’Esprit Saint dans la forme conciliaire de guider Son Église et de dicter Son Autorité

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Un message, un commentaire ?
 


Plan du site | | Contact | RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP

@ 2006-2022 Atelier St Jean Damascène - Tout droits réservés